Pages

lundi 20 avril 2015

Rebel Rebel

 



Hello !

Ce fut une de ces journées qu'on appelle bonne, dans le sens où elle s'est achevée sur l'expo David Bowie Is et un ch'tit chinois pas piqué de hannetons dans le bidon.

Ah, j'oubliais, on est devant le culte-kitch Flash Gordon, jamais vu jusqu'ici.

J'ADORE !!

Il y a des scooters de l'espace, un acteur dans le rôle titre qui joue fort mal, une planète verte qui s'appelle Arboria, des hommes oiseaux comme dans Barbarella et des costumes extras.

Enorme kiffe !


Aussi énorme que l'expo Bowie, donc.

La scénographie est bien foutue et inventive, les interviews de Bowie sont couplées intelligemment avec ses chansons, les costumes exposés sont forcément fabuleux, une sorte de petite grotte nous permet d'écouter une version quasi effet démo de Space Oddity, sur fond de projection de Lune...

Un espace assez important est consacré à la période berlinoise, avec entre autres une peinture par Bowie d'Iggy Pop.

Il y a entre autres une super représentation jamais diffusée - parce que censurée - de Boys keep Swinging, où Bowie, travesti, change de vêtements, étale son maquillage; ou Un Rebel Rebel endiablé de Top of the Pops.

Mention super spéciale pour l'interprétation de The Man who sold the world avec un Klaus Nomi alors inconnu dans les choeurs.

Mention extra-extra spéciale, pour l'immense salle finale, où le dernier concert de Ziggy est diffusé sur les murs, on est alors au milieu des costumes phares, avec une sono démente.

J'aurais pu y passer des heures.

Petit bémol, même si elles sont boudées (une énorme connerie selon moi) par les puristes, les années Let's Dance passent à la trappe.

On parle aussi peu ou pas de la renaissance récente de Bowie.
C'est un peu dommage, mais très mineur dans une expo qui envoie sérieusement du bois.


 See U ! 



 




This Outfit :
Veste/jacket : une super vieille Oakwood de 15 ans
Le reste/everything else : American Apparel
Shoes / Docs
Sac/bag : vintage